After nearly four years of working together while living in different countries, Alex Tsiridis has finally decided to settle in Berlin alongside Hüseyin Evigren in order to facilitate their collaborative efforts as Cassegrain. The duo has carved a distinctive mark for themselves within the deep, experimental techno scene by delivering a sound that is both ominous and mesmeric. Following their debut EP on Kevin Gorman’s Mikrowave, they have since had releases on Modal Analysis, Killekill, M_Rec LTD and Prologue, the latter of which has definitely put out Cassegrain’s less sure-fire but increasingly inceptive material.  Following their first titanic live set at La Machine in March, Cassegrain is back in the French capital to play a second live set at My Boat for the 2nd Edition of the Techno Import showcase alongside Pushmaster Disc’s Mattia Trani, Mazen, Undefined Project and Abby Syna. A skype session between Ascension and Cassegrain unveiled the duo’s perpectives concerning their role as performers and the importance of creative freedom, as well as the significance their individual interests such as mythology, have had on the tone of their productions. 

(Interview anglaise suivie de la version française // credit : Jeremy Romoli)

 

Alex: Wow, you guys are from all over the place. We’re the same. We’re a complex mix of nationalities. I’m Welsh-Greek.

Hüseyin: I am from Instanbul basically but I have some Asian roots. My Mom is from Northwest China.

We know you met at the Redbull Music Academy. What sparked your interest to work together?

Alex: Common interests I think. I mean the Academy is, especially nowadays, more dubstep, soul, hip hop related stuff you know. So we were kind of the odd ones out in a way.

Hüseyin: Yea there were not many people into techno or producing techno at least.

Alex: Yea, you just jump in there and you have to meet 30 people in a space of an hour and I think it just clicked. We started listening to music and started playing each other’s productions and we just had similar tastes basically.

Was it difficult working and collaborating in different places?

Hüseyin: Yea very difficult very difficult. We managed. We might have been able to be more productive but we made the best out of it.

Alex: Yea, I’d come over 3-4 times a year for the past 3 years or whatever. And it was mostly exchanging emails.

Do you guys have other jobs besides music?

Alex: Yea we both have different jobs. I am a graphic designer. I have just moved from Greece and I worked with a company there that I am still sort of working with. I’ll see how it goes but I’m leaning more and more on music, gradually.

Hüseyin: I am actually a full-time musician. I studied music and I’m working as a freelance composer, doing this as well and I am also making music for a theatre in Austria, that is like my main other job basically, but I live from music, not only from techno.

So you listen to other stuff other than techno? That’s always one of our main questions. It’s interesting to see where you guys draw your influences from and if other genres contribute to your techno productions at all.

Alex: Yea, for sure. We both have guitar backgrounds as well.

Hüseyin: Guitar backgrounds?

Alex: Yea you’re like, into metal.

Hüseyin: Yea I studied piano and composition and some conducting. I’ve been involved in different kinds of music. It was metal when I was a kid then I moved into free jazz piano and I like lots of contemporary music, classical music and some drum and bass as well and lots of IDM.

Alex: Yea that’s our common ground.

Hüseyin:  Yea, like glitch IDM. I have this background as well. And at the same time we were more active in the minimal techno, back in 2005.

Alex: Yea so we’ve both had releases on our own before we met, in the minimal era. 

Alex: Yea you’re like, into metal.

Hüseyin: Yea I studied piano and composition and some conducting. I’ve been involved in different kinds of music. It was metal when I was a kid then I moved into free jazz piano and I like lots of contemporary music, classical music and some drum and bass as well and lots of IDM. 

Alex: Yea that’s our common ground.

Hüseyin:  Yea, like glitch IDM. I have this background as well. And at the same time we were more active in the minimal techno, back in 2005.

Alex: Yea so we’ve both had releases on our own before we met, in the minimal era. Further down the road you guys started to gradually move your sound towards techno?

Alex: It was techno from the beginning. You mean together or on our own?

Definitely by yourselves but when you both met up did you both add your different influences and interests together and worked from there or did you both have your own little sound that you wanted to work on as a group?

Hüseyin: When we both started making music together it wasn’t minimal techno aesthetic at all.

Alex: We were done with that a long time ago so we were trying to push new music. That is always what we’re trying to do in a way. New techno, you know?

Hüseyin: And 5 years ago we had more UK based, dubstep influences combined with techno.

Alex: I guess it becomes more and more focused now. In the past year or so I’d say we’ve found our sound a lot more. Although it’s still varied because I think we become bored.

Hüseyin: Yea, we get bored really quickly.

Alex:  We still do lots of different things.

Hüseyin: We try to create a new thing with every track basically.

We actually feel that’s a recurring theme in question. Do you look back at your previous productions in a positive light? Do you think you’ve finally found your sound or are you still looking? Or are you always going to be looking?

Alex: Yea I think that’s the more accurate thing. I think we are always going to be looking. I mean, I guess we can always have a similar aesthetic to what we do but we can’t stick to any formula, we can’t do that and we don’t want to do that.

Hüseyin: What we used to do 3 years ago is not so far away from what we do now, we can still stand behind it, with criticisms of course but it’s not the same thing, it’s not the same sound.

Alex: It’s improved a lot.

Hüseyin: What we do now is also not the same sound as the double EP.

Alex: Yea, it’s not an album by the way, it’s a double EP. There was a lot of confusion about that. We’re going to be working on an album for next year. 

Coming from a producer and DJ background, there’s lots of talk at the moment and lots of producers reverting back to older equipment, lots of earlier hardware as opposed to Ableton or plug-ins. We wanted to know what is your point of view concerning older hardware and if you incorporate some of those elements into your productions at this time?

Alex and Hüseyin: We sequence everything on Ableton but everything is analogue, we’ll show you. It’s our small setup but it’s basically what we work with. 

Is it what you use to produce or is it just your live material, or a bit of both?

Hüseyin: Both.

Alex: So live we’ll have all this stuff with us. I mean that’s what we had at la Machine as well.

Hüseyin:  We also use stuff like that (vintage harp). If you know the track hyena from the Coptic EP last year on Prologue, basically all ambient sounds are from this.

Alex: A lot of recording stuff, it’s all sourced. We don’t use any stuff in the software; we use the software to sequence basically.

Hüseyin:  to re-coordinate it.

Alex: Lots of editing.

How do you approach your live set and DJ sets differently?

Hüseyin: We do both definitely but I would say when we DJ we do almost everything spontaneously, just taking feedback from the crowds.

Alex: It depends on the party, it depends on everything. We don’t prepare DJ sets. A lot of preparation goes into our live sets so it’s nice to have fresh air from live sets you know. That’s why we’ll never DJ with Traktor because we have enough of the computer with our live sets, everything all day. It’s good to play records and stuff.

Hüseyin:  I personally don’t like looking at the computer while I am playing with other people. I’d rather look at the peoples’ faces and how they are reacting to the stuff. But of course with a live act you can’t avoid that.

Alex: Yea I have the computer to look at so I’m the nerd guy. We balance it. The screen is there and we try to look up as much as possible. It’s nice to avoid it, you don’t want to look at the screen all day.

Hüseyin: Our live act is prepared of course, but how we react in the moment is again very spontaneous.

Alex: Yea, every set is different. It has the same structure. We’ll get our set ready and that’s what we’ll be touring but it will be different every time.

Hüseyin: Yea, taking out tracks and putting in new tracks. 

 

What’s behind your name Cassegrain?

Alex: (laughs) It’s ridiculous in France isn’t it? It’s just a really last minute name (laughs). We had this track done that we did at the academy. Do you know Cotton from our first EP on Microwave? Well we were just going to release it with our names but it wouldn’t have been very catchy and Kevin Gorman was like no you’ve got to come up with a name.

Hüseyin:  And Cassegrain is a type of telescope lens.Alex: So yea we just looked for relevant words and stuff and it sounded cool and we were like ok fuck it we’ll go with that. And of course then we found out that it’s a canned peas in France. I’m going to post that, we definitely want someone to bring us peas (laughs). Have our little mascot. 

Well the names of the tracks on your double EP allude to mythology and the sea. We have tried to relate the tracks to their names but I guess that can be random as well. We definitely made some connections for sure.

Alex: Well we do try to fit the names to the mood for sure. Hussein is really good with ancient monsters and mythology so there are a lot of mythology references, like Tiamat.  

We discovered that Tiamat is a sea monster and a creature of chaos in older Mesopotamian mythology and we definitely heard some elements that could add chaos to a dance floor if it was played on quite a big sound system.

Alex: It definitely fits the track. 

And being that it’s a double EP it is kind of a journey from one track to another. I guess in the beginning when you listen to the A side you kind of feel alone and its very barren and deep. Then it picks up when you flip it, it makes sense.

Hüseyin:  I have said this in an interview before but for us both the track titles are very important sound-wise, like how the word actually sounds. I think this is important for both of us. I would say when I pick up a name it’s more related to ancient mythology or science fiction references and I think Alex picks up on more pointed philosophical words.

Alex: But we waste a lot of time trying to think of the titles. It’s not that important really it’s just a title but it’s nice to have that package. From A to Z its sort of all been taken care of.

We even checked out Guy Archard’s work and it relates a lot to the themes in your tracks. The album cover speaks a lot we think. We were thinking about how the artwork could correspond to the names of the tracks and the sounds. We figured you could easily create a backstory for the album cover.

Alex: Yea that’s really good. It’s sweet and beautiful and very elegant photo but at the same time really eerie. It’s like they don’t know what’s coming you know, they are the prey. 

 

How did your relationshipwith Prologue come about?

Alex: Demo, we were the first people signed to the label from a demo in 2010 but it came out in 2011.

Hüseyin:  They knew about us before because of our first EP.

Alex: Tom’s great. He’s a proper label manager. He’s not a producer, he doesn’t want to mess with your music. He lets you do whatever you want and he’s been 100% supportive. We’ve done really difficult music to sell. This last one is the most accessible, more than previous stuff but he’s always there.

Can you guys name a record that never leaves your bag no matter where you go no matter what your playing?

Alex: I’ve got one. I’ve played this at every techno set since I’ve bought it pretty much, it’s by Marcellus Pittman, Mad Underdog. The A side is a crazy acid track. The B-side is two really chill house ones which are really nice but the acid one is just amazing. Everytime it kills it.

Hüseyin: I have to think. For me lately it’s been Phuture and the acid tracks from ’88-’89 I guess, classic acid.

When you guys DJ together or by yourselves, is there a certain style you pick you feel relates to the sound you make as Cassegrain, or is it something different, maybe a bit more housey or a bit more UK influenced?

Hüseyin:  Depends on the party I would say. Mostly we play techno of course.

Alex: But we could definitely play a house set.

Hüseyin: We could play a complete house set, we’ve already done this many times.

Alex: I can play a whole electro set, two hours of that kind of thing easy.

Hüseyin: I can play a jungle set (laughs). If we’re booked as Cassegrain we stick with techno.

Alex: If it’s a Cassegrain booking it will be techno but we don’t really play the kind of Prologue sound so much in a Dj set, it depends on the length. If it’s a nice long set you can sort of bridge everything but we’re really into the sort of acid stuff and interesting techno. 

Hüseyin: More killers I would say (laugh), not really so many tools.

Alex: There’s a lot of stuff that is really good at the moment it’s just not what excites us, but what we got the other day, new Ancient Methods, that’s what excites us, that's when we click, It’s like we have the same tastes and it stands out, a lot of stuff seems quite boring most of the time. Rrose is also a good example.

Hüseyin: We’re always exploring some Rrose.

We saw him live at La Machine recently and it was different from what we expected but it was really interesting. It did feel like a journey.

Hüseyin:  He’s always trying to surprise with tracks, there’s always something surprising.

What do we have to look forward to from Cassegrain; I know you mentioned an album.

We have quite a few remixes coming. We’ve got a remix done for Edit Select any day now on his label, There is one for a Dutch guy called Charlton on Bas Mooy’s new label Mord in June or July. There will be one remix for Abstract Division on Dynamic Reflection. We’ve just had a track on the label Brothers that is just out this week. We have a secret project, which we can’t talk about, it’s a secret but we can’t tell you (laughs). There is a really interesting remix project coming out on Prologue. We have a new EP coming out with Tinman in November. Then there is the album. From autumn we’ll start working on the full album. It’s set to come out in 2014.  

 

You can find Cassegrain playing LIVE in Paris this Saturday June 15th, 2013 at My Boat - Parc de la Villette - 211 Avenue Jean Jaurès 75019
  TECHNO IMPORT 2nd EDITION ///////// Tickets  //////// Facebook event ////////// RA event ///////////

CASSEGRAIN ///////Facebook //// RA

†††


Après quatre années de collaboration tout en vivant dans des pays différents, Alex Tsiridis à finalement décidé de s’installer à Berlin au côté de Hüseyin Evigren afin de faciliter leur collaboration en tant que Cassegrain. Le duo s’est forgé une solide réputation sur la scène Techno avec un style à la fois profond, expérimental, inquiétant et hypnotique qui leur est propre. Depuis leur première sortie sur le label de Kevin Gorman, Mikrowaye, ils enchainent les sorties de qualité sur Mode Analysis, Killekill, M_Rec Ltd et dernièrement sur Prologue, dont les EPs démontre un style de plus en plus unique en son genre. Après leur live titanesque à la Machine du Moulin Rouge fin Mars, Cassegrain est de retour à Paris ce samedi 15 Juin au My Boat pour un nouveau live, au côté de Mattia Trani, patron du label Pushmaster, Mazen, Undefined Project et Abby Syna. Une session Skype entre Cassegrain et Ascension a dévoilé l’importance qu’ils portent à la liberté créative et de leurs influences, tirées entre autre de la mythologie.

Alex : Wow ! Votre collectif vient de partout ! C’est pareil pour nous, un mélange complexe d’origines. Par exemple moi je suis gallois et grec.

Hüseyin : Et moi je viens principalement d’Istanbul, mais j’ai quelques racines asiatiques. Ma mère vient du Nord-Ouest de la Chine.

Nous savons que vous vous êtres réuni au Redbull Music Academy. Qu’est ce qui a suscité la volonté de travailler ensemble ?

Alex : Je pense que c’est l’intérêt commun. Je veux dire par là qu’aujourd’hui, la Redbull Music Academy est plus tourné vers la Dubstep, la Soul et le Hip Hop. Alors d’une certaine manière, ont étaient les plus différents, et c’est ce qui nous à rapproché.

Hüseyin : C’est vrai, il y avait très peu de personnes qui produisaient de la Techno.

Alex : On devait rencontrer trente personnes par heure et notre intérêt pour la Techno nous a rapproché, il y a eu une sorte de déclic. Puis on a commencé à écouter les productions de chacun et on à vu qu’on avait les mêmes goûts.

Ça devait être difficile de collaborer en habitants dans des pays différents non ?

Hüseyin : Très difficile oui. Nous aurions put être plus productifs mais nous avons fait du mieux possible.

Alex : Oui, je me déplaçait trois à quatre fois par an ces trois dernières années, le reste du temps on échangeait par emails.

 

Vous travaillez à côté de la musique ?

Alex : Oui, on a chacun un travail différent. Je suis graphiste. Je me suis juste déplacé de Grèce à Berlin, mais je travaille toujours pour la même société. Mais je me penche de plus en plus sur la musique.

Hüseyin : Je suis musicien à plein temps. J’ai étudié la musique et je travaille en tant que compositeur indépendant, je fais également de la musique pour un théâtre autrichien. Je vis de la musique mais pas uniquement de la Techno.

Vous écoutez d’autre genre musical à part la Techno ? C’est l’une de nos questions favorites. C’est toujours intéressant de voir d’où vous tirez vos influences et si d’autres genres contribuent à vos productions.

Alex : Oui bien sur, on a tout les deux joué de la guitare.

Hüseyin : Quoi ?!

Alex : Oui oui, toi t’aimes le Metal !

Hüseyin : J’ai étudié le piano, la composition et la conduite. J’ai été impliqué dans toutes sortes de styles. J’aimais le Metal quand jeune. Après je suis allé vers le piano et le Free Jazz. J’aime aussi beaucoup la musique contemporaine, la musique classique, un peu de Drum & Bass et pas mal d’IDM.

Alex : Ça c’est notre point commun.

Hüseyin : Oui, et en même temps nous étions plus dans la Minimale-Techno en 2005.

 

Alex : Chacun de nous a eu des sorties sur des labels pendant l’ère minimale avant que l’on soit réuni.

Et après, vous avez commencez progressivement à virer vers la Techno ?

Alex : Dès le début on était dans la Techno. Vous voulez dire ensemble ou séparément ?

Certainement tout seul mais lorsque vous vous êtes réunis, vous avez mélangez vos influences et vos intérêts ? Ou est ce que vous avez chacun un son particulier que vous travaillez en étant en duo ?

Hüseyin : Quand on a commencé à faire de la musique ensemble, il n’y avait aucune ressemblance avec la Minimale-Techno.

Alex : On avait fini avec ça il y a longtemps. On a essayé d’aller vers une musique nouvelle. C’est toujours ce que l’on essai de faire, une nouvelle Techno.

Hüseyin : En plus de cela, il y a 5 ans, on était beaucoup plus influencé par des sons anglais. Une combinaison entre la Dubstep et la Techno.

Alex : Ça devient de plus en plus précis maintenant. Depuis un an, je trouve qu’on a réussi à trouver notre son. Mais on essai de toujours varier parce qu’on s’ennui rapidement sinon.

Hüseyin : Oui, très rapidement.

Alex : Nous faisons encore beaucoup de choses différentes.

Hüseyin : En fait, on essai toujours de créer quelques choses de différent à chaque morceau.

Cette question doit souvent revenir, mais regardez vous vos anciennes productions dans une lumière positive ? Pensez vous que vous avez enfin trouvez votre son ou vous cherchez encore et toujours ?

Alex : Je pense que nous allons toujours être à la recherche de nouveaux sons. Je suppose qu’on aura toujours un style similaire au notre actuellement, mais on ne peut pas s’en tenir qu’à une formule. On ne veut pas s’en tenir qu’à une formule.

Hüseyin : Ce que nous faisons il y a trois ans n’est pas si loin de ce que l’on fait aujourd’hui. On regarde encore ce que l’on à fait, avec des critiques bien sur, mais ce n’est pas la même chose, pas le même son.

Alex : On s’est quand même bien amélioré.

Hüseyin : Notre travaille actuel est encore différent que le double EP sur Prologue.

Alex : Oui ! Il faut le préciser, ce n’est pas un album mais un double EP ! Il y avait beaucoup de confusion à ce sujet. L’album c’est pour l’année prochaine.  

Il y a beaucoup de débat actuellement. Plein de producteur reviennent aux anciens équipements par opposition à Ableton ou aux Plug-ins. Nous voulions savoir quel est votre point de vue en ce qui concerne le matériel analogique et si vous intégrez certains de ces éléments dans vos productions en ce moment.

Alex & Hüseyin : On séquence tout sur Ableton, mais tous les sons sont analogiques.

Vous utilisez votre matériel uniquement pour produire, pour les lives ou les deux ?

Hüseyin : Un peu des deux.

Alex : En live, on utilisera toutes nos machines. C’est ce que nous avions à la Machine.

Hüseyin : Nous utilisons aussi des instruments comme une harpe vintage. Tous nos ambiants sur l’EP Coptic (signé sur Prologue), ont été fait avec cet instrument.

Alex : Le logiciel nous sert essentiellement à séquencer.

Hüseyin : Pour re-coordonner.

Alex : On fait beaucoup d’édition aussi. 

Abordez-vous votre Live et vos Dj Sets différemment ?

Hüseyin : En Dj Set, je dirais que nous jouons spontanément, tout en prenant la réaction du public. 

Alex : Cela dépend de la soirée, de tout en fait. On ne prépare pas nos Dj Sets. On prépare surtout beaucoup nos lives, donc c’est agréable de faire autre chose que l’on connaît. Nous ne serons jamais avec Traktor parce qu’on en a assez de l’ordinateur avec nos live. C’est bon d’écouter des diques aussi.

Hüseyin : Personnellement, je n’aime pas regarder l’ordinateur pendant que je joue avec d’autre personne. Je préfère regarder les visages dans le public et la façon dont ils réagissent à la musique. Mais bien sur, avec un live, on ne peut pas éviter cela ...

Alex : Oui, j’ai l’ordinateur pour regarder. Moi je suis le « nerd ». Nous équilibrons. L’écran est l) et nous essayons de rechercher autant que possible. C’est agréable de l’éviter, on ne peut pas regarder l’écran toute la journée.

Hüseyin : Notre Live Act est préparé bien sur, mais il reste très spontané.

Alex : Oui, chaque live à la même structure mais il est différent.

Hüseyin : Par exemple en prenant des morceaux, et en mettant de nouvelles tracks.

 Quelle est la signification de Cassegrain ?

Alex : (Rires) C’est ridicule en français n’est pas ? C’est vraiment un nom de dernière minute (rires). À l’académie, on avait fait le morceau « Cotton » sur notre premier EP sur Mikrowave, on voulait le sortir avec nos noms mais ça n’aurait pas été assez accrocheur donc Kevin nous à demander d’en trouver un.

Hüseyin : Et Cassegrain est un type de lentille pour télescope.

 Alex : Donc oui, on a juste regardé des mots de chose pertinente et il sonnait bien. Après on a découvert que c’était des petits pois en conserve en France. Je vais poster « On veut quelqu’un pour nous apporter des petits poids » pour avoir notre petite mascotte. (Rire).

Les noms des morceaux sur votre double EP sont liés à la mythologie et à la mer. Nous avons essayé de relier les morceaux à leurs noms, on a certainement fait des connexions.

Alex : Eh bien, on a essayé d’adopter les noms à l’état d’esprit oui. Hüseyin est vraiment bon avec les monstres antique et la mythologie donc il y a beaucoup de référence, comme Tiamat.

On a découvert que Tiamat était un monstre marin, une créature du chaos dans la mythologie mésopotamienne et nous avons entendu des éléments qui pourraient ajouter chaos à une piste de danse si elle était joué sur un gros sound system.

Alex : Il est définitivement connecté au morceau. 

Etant donné que c’est un double EP, c’est donc une sorte de voyage d’un morceau à l’autre. Je pense qu’au début, quand on écoute la face A, on se sent seul, l’atmosphère est très aride et profonde. Puis il tape lorsque vous le retournez, c’est logique.

Hüseyin : Je l’ai dit dans une interview précédente. Mais pour nous, les titres des morceaux sont très importants, comma la manière dont le mot sonne réellement. Je pense que c’est important pour nous deux. Je dirais que lorsque je prends un nom, c’est plus lié  la mythologie ou à des références de science-fiction.

Alex : On perd beaucoup de temps à penser aux titres. Ce n’est pas si important que ça en soit, ce n’est qu’un titre, mais c’est agréable de sentir que tout a été travaillé.

Nous avons même regardé le travail de Guy Archard. Il concerne un grand nombre de thèmes de vos morceaux. La couverture de l’EP parle beaucoup. Nous avons réfléchi à la façon dont l’œuvre pourrait correspondre aux noms des morceaux et aux sons. Nous avons pensez que vous pouvez facilement créer une histoire pour la couverture de l’EP.

Alex : C’est vraiment bon. Il est doux et beau et la photo est très élégante. Mais en même temps, elle reste étrange. C’est comme si ils ne savent pas ce qui va leur arriver. Ce sont des proies.

Comment votre relation avec Prologue a commencé ?

Alex : Une démo. On était les premiers signataires du label à travers une démo en 2010, sortie en 2011.

Hüseyin : Il savait tout sur nous avant à cause notre premier EP.

Alex : Tom est super. C’est un label manager et non un producteur. Il ne veut pas se mélanger dans votre musique, il vous permet de faire ce que vous voulez et il y a eu cent pour cent de soutient. On a fait de la musique difficile à vendre. Le dernier EP est plus accessible que les précédents mais il est toujours là à nous soutenir.

Vous pouvez nommer un vinyle qui ne quitte jamais votre sac, peu importe ou vous allez ?

Alex : J’en ai un, je l’ai joué à toutes les soirées Techno depuis que je l’ai acheté a peu près. C’est Mad Underdog de Marcellus Pittman. La face A, une piste acide de fou. La face B à deux morceaux plutôt House vraiment froid mais vraiment belle. Mais la face A est tout simplement incroyable. Il tue à chaque fois ! 

Hüseyin : Pour moi ces dernier temps, c’est Phuture et les morceaux acide des années 1988 et 1989. Les classiques de l’acide.

Vos DJ sets, seul ou en duo, ressemble t-il au son que vous faites en tant que Cassegrain ou est ce que c’est quelque chose de totalement différent ? Peut être un peu plus House ou Anglais peut être ?

Hüseyin : Tout dépend de la soirée, mais on joue surtout de la Techno.

Alex : Mais on pourrait faire un set totalement House.

Hüseyin : On pourrait jouer un set complet de House, on l’a déjà fait plusieurs fois.

Alex : Je peux jouer un set Electro pendant deux heures sans problème.

Hüseyin : Je peux jouer un set de Jungle (Rires). Si nous sommes booker en tant que Cassegrain, on jouera Techno. 

Alex : S’il s’agit d’un booking Cassegrain, le set sera Techno oui, mais on ne joue pas tellement le son Prologue dans un Set, cela dépend de la longueur. Si on a un long set, on peut passer par plusieurs genres. Mais on est préfère vraiment l’Acide et la Techno.

Hüseyin : Plutôt des morceaux qui tuent je dirais (Rires).

Alex : Il y a beaucoup de chose vraiment bonne aujourd’hui, mais ce n’est pas ce qui nous excite. L’autre jour on a reçu le nouveau Ancient Methods, ça c’est excitant ! C’est comme si on avait les mêmes gouts et ils se démarquent beaucoup contrairement à beaucoup de choses qui sortent et qui sont ennuyeuses la plupart du temps. Rrose est également un bon exemple.

Hüseyin : Nous sommes toujours en train d’explorer un peu de Rrose.Nous l’avons vu en Live à la Machine du Moulin Rouge récemment et c’était différent de ce à quoi nous nous attendions, mais c’était vraiment intéressant !

Hüseyin : Il essai toujours de surprendre avec ses morceaux et il y a toujours quelque chose de surprenant !

Qu’avons-nous à attendre de Cassegrain ? Vous avez parlé d’un album ...

Nous avons pas mal de remixes à venir. On en a fait un pour Edit Select sur son label, il y en a un pour un gars néerlandais, Charlton sur le nouveau label Mord de Bas Mooy.

Nous venons d’avoir un morceau sur le label Brotherside, qui est sorti cette semaine.

On a aussi un projet, mais on ne peut pas vous le dire, c’est secret ! (Rires).

Il y a un projet de remixes très intéressant à venir sur Prologue, un nouvel EP avec Tinman qui sort en Novembre.

Ensuite il y a l’album, dès l’automne on commence à travailler dessus. Il devrait sortir en 2014.